Amanda

Amanda
20h30 – Dans les salles des fêtes
Vendredi 25 janvier La Chapelle Agnon
Jeudi 31 janvier Arlanc
Samedi 2 février St Victor Monvianeix (La grange – Le Bourg)
Mardi 5 février St Dier d’Auvergne
Mercredi 6 février Vic-Le-Comte
Jeudi 7 février St Georges Lagricol
  • Long métrage français
  • 1h47 - 2018
  • Genre : Drame
  • Réalisé par Mikhaël Hers
  • Avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin, Ophelia Kolb, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda.

Les critiques

Les inrockuptibles : « « Amanda » nous pique au cœur, comme nous cueille la jeune actrice Isaure Multrier, incarnation bouleversante, jusqu’à une épiphanie finale qui la cadre, radieuse, gorgée d’avenir. » Gérard Lefort

Marianne : « Toujours à bonne distance de ses protagonistes et en premier lieu de David, interprété magistralement par Vincent Lacoste, Mikhaël Hers met en scène un film qui étonne par sa justesse et son étrange douceur. » Olivier de Bruyn

Le point de vue Ciné Parc

Après trois courts métrages remarqués à Cannes et à Clermont-Ferrand entre 2006 et 2009, puis deux long métrages, Memory Lane et Ce sentiment de l’été, Amanda est son troisième long métrage. Le désir pour le réalisateur Mikhaël Hers de saisir quelque chose de la violence de notre époque est notamment né des attentats de 2015 « parce que ceux-ci étaient le point paroxystique de la violence d’aujourd’hui. Et par extension les attentats appartiennent désormais à un tableau d’ensemble plus vaste d’une époque où l’on est rudoyé par la perte de repères et la prise de conscience de notre fragilité « . La mise en scène du quotidien est très précise mais sans pour autant passer par une approche réaliste ou documentaire… « C’est ce que je cherche à faire : saisir des choses très triviales, très quotidiennes tout en leur donnant une forme de beauté, de lyrisme, de poésie ». A l’image on ressent en tout cas la douceur du regard que porte à son sujet poignant le réalisateur. Quant aux acteurs ils sont tout bonnement bouleversant. Un film profondément émouvant.

Avant-programme

Le film sera précédé d’un court-métrage : Negative Space / Ru Kuwahata, Max Porter /  Animation / France  / 2017 / 6 mn