Girl

Girl
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 3 janvier St Amant-Roche-Savine
Vendredi 4 janvier La Chaise Dieu (auditorium Cziffra)
Samedi 5 janvier St Germain l’Herm
Mardi 8 janvier Billom (Moulin de l’Etang)
Mercredi 9 janvier Cunlhat
Jeudi 10 janvier Sauxillanges
Mardi 15 janvier Olliergues

 

  • Long métrage belge
  • 1h45 - 2018
  • Genre : Drame
  • Réalisé par Lukas Dhont
  • Avec Victor Polster, Arieh Worthalter, Oliver Bodart, ...
  • Public : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Résumé

Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon.


Girl
Girl Bande-annonce VF

Les critiques

Culturopoing.com : « Lukas Dhont évite de réduire son projet à un débat sociétal et filme l’intime avec une grande pudeur. Le cinéaste nous offre le portait d’un mémorable personnage de cinéma qu’incarne son admirable jeune comédien. Âpre et délicat, viscéral et à fleur de peau, « Girl » nous plonge au cœur de l’émancipation et de la solitude d’une adolescente. Ce premier long-métrage est une merveille. »  Carine Trenteun

Le Nouvel Observateur : « Doux et dur, frontal et pudique, « Girl » est un film solaire sur une souffrance indicible, source d’un espoir démesuré. »  Nicolas Schaller

Les Cahiers du cinéma : « Girl dialogue avec tous les adolescents et leur désir incandescent, forcément dangereux, de plier le monde à leur idéal.» Stéphane du Mesnildot

Le point de vue Ciné Parc

Festival de Cannes 2018 – Caméra d’or & prix d’interprétation Un certain regard pour Victor Polster

Le scénario de Girl a été développé dans le cadre de la Cinéfondation de Cannes en 2016. Deux ans plus tard, le film est sélectionné au festival de Cannes dans la sélection « Un Certain Regard » d’où il repart avec le Prix d’interprétation pour Victor Polster et la Caméra d’Or, qui récompense le meilleur premier film. Le réalisateur souhaitait aborder notre perception du « genre », une question à laquelle il a été confronté dès l’enfance : « Quand j’étais petit mon père voulait que je sois boy-scout. Il nous emmenait, mon frère et moi, jouer avec d’autres enfants dans la boue ou faire du camping. Tous les deux on détestait ça. On préférait de loin le théâtre, la danse et le chant, où nous pouvions nous exprimer. Vous pouvez imaginer la confusion quand on a appris que c’était vu comme des activités, « pour les filles ». J’étais un garçon, comment pouvais-je aimer ça ? J’ai donc fini par arrêter tout ça parce que je ne voulais pas qu’on se moque de moi ». Le réalisateur cherchait également à peindre « la lutte intérieure d’une jeune héroïne, capable de mettre son corps en danger pour pouvoir devenir la personne qu’elle veut être. Une fille qui doit faire le choix d’être elle-même à seulement 15 ans, quand pour certains ça prend toute la vie ».

Avant-programme

Le film sera précédé d’un court-métrage : Oo / Seo-Ro-Oh / Corée du sud / 2017 / Animation / 6mn