Knock

Knock
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 16 novembre Sugères
Vendredi 17 novembre La Chapelle Agnon
Mardi 21 novembre Maringues (Collège Louise Michel)
Mercredi 22 novembre Vic-Le-Comte (Halle du Jeu de Paume)
Samedi 25 novembre St Victor Montvianeix (La Grange-Lebourg)
Mardi 28 novembre St Dier d’Auvergne
Mercredi 29 novembre Bort l’Etang
Jeudi 30 novembre St Georges Lagricol
Jeudi 30 novembre Le Vernet la Varenne
  • Long métrage français
  • 1h53 - 2017
  • Genre : Comédie
  • Réalisé par Lorraine Lévy
  • Avec Omar Sy, Ana Girardot, Alex Lutz, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

Knock, un ex-filou repenti devenu médecin diplômé, arrive dans le petit village de Saint-Maurice pour appliquer une « méthode » destinée à faire sa fortune : il va convaincre la population que tout bien portant est un malade qui s’ignore. Et pour cela, trouver à chacun la maladie réelle ou imaginaire dont il souffre. Passé maitre dans l’art de la séduction et de la manipulation, Knock est sur le point de parvenir à ses fins. Mais il est rattrapé par deux choses qu’il n’avait pas prévues : les sentiments du coeur et un sombre individu issu de son passé venu le faire chanter.


Knock
Knock Bande-annonce VF

Les critiques

Femme actuelle : « Une comédie tendre et solaire, servie par une très belle distribution. » Amélie Cordonnier

Première : « Ni original ni désastreux, ce Knock est un remède indolore à la morosité. » Christophe Narbonne

Le point de vue Ciné Parc

Knock est la quatrième adaptation de la pièce de Jules Romains « Knock ou le triomphe de la médecine » (1922) au cinéma après les films de René Hervil (en 1925) avec Fernand Fabre dans le rôle-titre, et ceux de Roger Goupillières (en 1933) et de Guy Lefranc (en 1951), tous deux avec le mythique Louis Jouvet dans la peau de Knock. Le Knock du film est assez différent du personnage détestable de la pièce qui est cruel, mégalomane et sans pitié. Ainsi, le personnage joué par Omar Sy veut la rédemption des autres personnages qui apparaissent dans la pièce comme des gens avares, sectaires ou idiots. La réalisatrice précise : « On comprend la revanche que Knock a besoin de prendre sur la société. On comprend pourquoi, lui qui a eu faim, cherche à faire fortune : il lui est nécessaire de se trouver une place, à n’importe quel prix. Mais s’il use et abuse de son pouvoir pour devenir le roi de ce petit royaume, s’il assoit son autorité sur les défauts de ses concitoyens, qu’il manipule avec dextérité, il le fait avec une tendresse amusée, sans cruauté, sans mépris. »