La vie et rien d’autre

La-Vie-et-rien-dautre
20h30 – Dans les salles des fêtes
Lundi 5 novembre La Chaise Dieu (auditorium Cziffra)
Mercredi 7 novembre Cunlhat
Lundi 19 novembre Vic-Le-Comte
Lundi 26 novembre St Amant-Roche-Savine
Mardi 27 novembre Billom (Moulin de l’Etang)
  • Long métrage français
  • 2h15 - 1989
  • Genre : Film historique, drame
  • Réalisé par Bertrand Tavernier
  • Avec Philippe Noiret, Sabine Azéma, Maurice Barrier, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

1920. La Première Guerre mondiale est achevée depuis deux ans. La France panse ses plaies et se remet au travail. Dans ce climat, deux jeunes femmes d’origines sociales très différentes poursuivent le même but, retrouver l’homme qu’elles aiment et qui a disparu dans la tourmente. Leur enquête les conduit à la même source d’information, le commandant Dellaplane. Du 6 au 10 novembre 1920, Irene, Alice, le commandant se croisent, s’affrontent et finalement apprennent à se connaître…

 


La Vie et rien d’autre
La Vie et rien d’autre Bande-annonce VF

Les critiques

La gazette d’Utopia Avignon : « Les images sont magnifiques. Ici, le ciel est blanc, l’herbe est verte et les uniformes sont bleus. Tout est terriblement réel et d’autant plus poignant. De la spirale mortifère émerge un futur amoureux qu’une lettre splendide annonce. Avec trois cent cinquante mille disparus à jamais sous leurs pieds, deux êtres se sont trouvés pour toujours. La vie, décidément, mène la vie dure à la mort…« 

Le point de vue Ciné Parc

César du meilleur acteur 1990 pour Philippe Noiret

La vie et rien d’autre est l’un des plus beaux films de Bertrand Tavernier, le plus beau peut-être. Passionné d’Histoire, sa filmographie (que ce soit en fiction ou en documentaire) traite régulièrement de moment historique méconnu et peu consensuel (Capitaine Conan ou La guerre sans nom documentaire sur La Guerre d’Algérie). Au-delà du sujet du film et de la mise en scène, quel plaisir de revoir Philippe Noiret sur grand écran et d’entendre à nouveau sa si belle voix.

Quelques mots de Bertrand Tavernier sur le film : « La Vie et rien d’autre n’est pas un film de guerre, c’est un film sur les conséquences de la guerre, sur la manière dont un pays réapprend la paix. Dans l’histoire, les conséquences sont souvent plus intéressantes que les faits, du moins à mes yeux, parce qu’on en parle moins. Au départ, ce qui m’a fasciné, c’est le nombre des disparus : trois cent mille. L’équivalent de l’armée française actuelle ! Trois cent mille soldats dont on ne pouvait dire exactement ce qu’ils étaient devenus. Cela a fait l’objet de la plus vaste enquête de l’histoire, parce que ces disparus posaient à la nation des questions juridiques vitales de mariage, d’héritage… Sans compter, bien sûr, les drames personnels. Cette époque a largement conditionné la suite de notre histoire, politique, sociale, culturelle. Tels sont nés le pacifisme, le nationalisme, le surréalisme… Je voulais montrer comment l’âme des gens avait été marquée par la guerre. »

Séances organisées dans le cadre de la commémoration de la Grande Guerre en collaboration avec les municipalités respectives, Ambert Livradois Forez, Autour d’Elles