Les délices de Tokyo

Les délices de Tokyo
LITTERATURE & CINEMA – 20h45 – Maison du Parc
Vendredi 15 décembre St Gervais-sous-Meymont
  • Long métrage japonais (version originale sous-titrée français)
  • 1h53 - 2016
  • Genre : Comédie dramatique
  • Réalisé par Naomi Kawase
  • Avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

Les dorayakis sont des pâtisseries traditionnelles japonaises qui se composent de deux pancakes fourrés de pâte de haricots rouges confits, « AN ». Tokue, une femme de 70 ans, va tenter de convaincre Sentaro, le vendeur de dorayakis, de l’embaucher. Tokue a le secret d’une pâte exquise et la petite échoppe devient un endroit incontournable…


Les Délices de Tokyo
Les Délices de Tokyo Bande-annonce VO

Les critiques

Elle : «« Les Délices de Tokyo » aborde avec légèreté et justesse le thème de la transmission entre générations à travers une magnifique histoire d’amitié.» Amandine Garcia

Le Journal du Dimanche : « Forte de son regard aiguisé et engagé, Kawase signe un joli conte philosophique, à la fois urbain et atemporel, moral et épicurien, mené avec l’aisance et la confiance d’un grand chef.» Alexis Campion

Le point de vue Ciné Parc

SOIREE LITTERATURE & CINEMA avec Passeurs de mots et le PNR Livradois-Forez sur le thème : Nourritures terrestres

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

19h : Lecture-spectacle La gourmandise des mots par Lectures à la carte

20h : Petit buffet convivial concocté par le COS du Parc

20h45 : projection Les délices de Tokyo

Ce film porte bien son nom, il est tout bonnement délicieux et met l’eau à la bouche. Nous sommes ravis de pouvoir enfin vous le proposer car c’est une merveille d’humanité réalisé par l’actrice réalisatrice japonaise Naomi Kawaze. Fidèle du festival de Cannes, elle remporte la Caméra d’Or dès son premier long-métrage, Suzaku, en 1997. En 2003, Shara lui donnera une reconnaissance internationale. Et lors de la 60è édition du Festival de Cannes en 2007, elle remporte le Grand prix du Jury avec La Forêt de Mogari. Toujours marqués par une esthétique particulièrement soignée, ses films n’ont de cesse de donner une place primordiale à la nature et à la relation intimiste entre les personnages principaux.