Les gardiennes

Les gardiennes
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 25 janvier Sugères
Samedi  27 janvier Sauvessanges (salle paroissiale)
Jeudi 1er février Arlanc
Vendredi 2 février Vertolaye
Mercredi 7 février Puy Guillaume (Collège – salle multimédia)
Vendredi 9 février St Jean d’Heurs
Vendredi 9 février Félines
Mardi 13 février Tours-sur-Meymont
  • Long métrage français
  • 2h14 - 2017
  • Genre : Drame
  • Réalisé par Xavier Beauvois
  • Avec Iris Bry, Nathalie Baye, Laura Smet, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

1915. A la ferme du Paridier, les femmes ont pris la relève des hommes partis au front. Travaillant sans relâche, leur vie est rythmée entre le dur labeur et le retour des hommes en permission. Hortense, la doyenne, engage une jeune fille de l’assistance publique pour les seconder. Francine croit avoir enfin trouvé une famille…


Les Gardiennes
Les Gardiennes Bande-annonce VF

Les critiques

Le nouvel observateur : «  Dès qu’il pose sa caméra sur le personnage de Francine, incarnée par Iris Bry, orpheline embauchée comme renfort à la ferme et qui s’éprend d’un des fils de la patronne, Beauvois trouve son sujet, et son film, sous le double parrainage de Pialat et de Truffaut. » Nicolas Schaller

aVoir-aLire.com : «  Sur fond de ruralité, Xavier Beauvois signe un film tout de raffinement et de sobriété pour rendre hommage au courage des femmes prises dans la tourmente de la Première Guerre mondiale. » Claudine Levanneur

Le point de vue Ciné Parc

Comme Robert Guédiguian, Xavier Beauvois est un réalisateur qui côtoie le très bon (N’oublie pas que tu vas mourir, Le petit lieutenant, Des hommes et des dieux) comme le moyen (La rançon de la gloire). Les Gardiennes, son dernier film, très bien accueilli par la presse, se trouve être l’adaptation du roman éponyme d’Ernest Pérochon et publié en 1924. Le metteur en scène explique : « Les Gardiennes est un western, à ceci près que ce n’est pas un ranch, c’est une ferme. Ce ne sont pas des cow-boys mais des cow-girls. J’ai aussi regardé de nombreux tableaux, par exemple ceux de Van Gogh, du temps où il était très influencé par Millet. Mais je voulais éviter de faire un film trop directement pictural. On peut repérer quelques références mais elles ne sont pas si nombreuses.»