Normandie nue

Normandie nue
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 15 février Sugères
Samedi 17 février Sauvessanges (salle paroissiale)
Jeudi 22 février Arlanc
Vendredi 23 février Vertolaye
Mercredi 28 février Puy Guillaume (salle multimédia collège)
Jeudi 1er mars St Georges Lagricol
Vendredi 2 mars Félines
Vendredi 2 mars St Jean d’Heurs
Mardi 6 mars Tours-sur-Meymont
  • Long métrage français
  • 1h45 - 2018
  • Genre : Comédie
  • Réalisé par Philippe Le Guay
  • Avec François Cluzet, Toby Jones, François-Xavier Demaison, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

Au Mêle sur Sarthe, petit village normand, les éleveurs sont touchés par la crise. Georges Balbuzard, le maire de la ville, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village…
Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit de passage dans la région. Balbuzard y voit l’occasion de sauver son village. Seulement voilà, aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu…


Normandie Nue
Normandie Nue Bande-annonce VF

Les critiques

Marianne : « Un film pudique… Et euphorisant. » Olivier de Bruyn

La croix : « Crise paysanne, pollution par les pesticides, souffrance animale, évoqués parfois un peu rapidement, forment l’arrière-plan de cette comédie sociale éclairée par une belle solidarité, des dialogues percutants et un soleil qui coule à flots sur la Basse Normandie filmée lors d’un éclatant printemps. » Corinne Renou-Nativel

Le point de vue Ciné Parc

Depuis son enfance, le réalisateur Philippe Le Guay (Les femmes du 6è étage, Floride, Alceste à bicyclette) passe ses vacances dans une maison familiale qui se situe dans le Perche en Basse Normandie, à trois kilomètres du village du Mêle sur Sarthe où s’est déroulé le tournage. Le metteur en scène avait par ailleurs vu des photos d’un artiste conceptuel qui faisait des happenings nus dans les villes, à Berlin, à Mexico… Et s’est ainsi demandé ce qui se passerait si ce photographe s’arrêtait dans ce village et décidait d’organiser une photo en déshabillant ses habitants sur un champ. « Il y avait un choc des cultures qui pouvait alimenter une histoire… », précise-t-il.