Une affaire de famille

Une affaire de famille
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 24 janvier St Amant-Roche-Savine
Vendredi 25 janvier La Chaise Dieu (auditorium Cziffra)
Samedi 26 janvier St Germain l’Herm
Mardi 29 janvier Billom (Moulin de l’Etang)
Mercredi 30 janvier Cunlhat
Jeudi 31 janvier Sauxillanges
Mardi 5 février Olliergues

 

  • Long métrage japonais - version originale sous-titrée français
  • 2h01 - 2018
  • Genre : Drame
  • Réalisé par Hirokazu Kore-eda
  • Avec Lily Franky, Sakura Andô, Mayu Matsuoka
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

Au retour d’une nouvelle expédition de vol à l’étalage, Osamu et son fils recueillent dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu‘elle comprend que ses parents la maltraitent. En dépit de leur pauvreté, survivant de petites rapines qui complètent leurs maigres salaires, les membres de cette famille semblent vivre heureux – jusqu’à ce qu’un incident révèle brutalement leurs plus terribles secrets…

Les critiques

Positif : « Un grand film réaliste, poétique, humaniste. » Jean-Dominique Nuttens

Première : « Au cœur de ce film fabuleux se dévoile pourtant une famille nucléaire bien concrète, un corps familial, fait de six personnages dont Kore-Eda n’a de cesse de montrer le lien organique, via ses acteurs réunis par les fils invisibles de sa mise en scène, comme une boîte à musique géante, faite de chair et de larmes. » Guillaume Bonnet

Le point de vue Ciné Parc

Palme d’or – Festival de Cannes 2018

Après avoir remporté le Prix du Jury sur la Croisette en 2013 pour Tel père, tel fils, le réalisateur Kore-eda est reparti cette fois-ci avec la récompense suprême pour un film malicieux et touchant basculant de la chronique au drame et interprété par des acteurs sobres et justes. Le cinéaste japonais ne s’est pas caché de s’intéresser ici de façon critique à la société japonaise : « J’avais envie de décrire une famille qui est au bord du gouffre, sur le fil. Elle est toujours en danger et pourrait se retrouver dans les bas-fonds de la société mais, grâce à ces petites magouilles, elle arrive à garder la tête hors de l’eau. C’est pour cela que chaque personnage est relié à un des problèmes actuels de la société japonaise « . Et d’ajouter : »Autrefois au Japon, la classe moyenne était très importante et aujourd’hui, elle se délite. Ce n’est pas une situation propre au Japon : le fossé se creuse entre les très riches et les très pauvres qui ont du mal à subsister en dépit du fait qu’ils travaillent. Parfois, ils peuvent toucher plus en allocations qu’en travaillant. »