La mule

La mule
20h30 – Dans les salles des fêtes
Jeudi 7 mars St Amant-Roche-Savine
Samedi 9 mars St Germain l’Herm
Mardi 12 mars Billom (Moulin de l’Etang)
Mercredi 13 mars Cunlhat
Jeudi 14 mars Sauxillanges
Mardi 19 mars Olliergues

 

  • Long métrage américain - version originale sous-titrée français
  • 1h56 - 2019
  • Genre : Drame, biopic
  • Réalisé par Clint Eastwood
  • Avec Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne, ...
  • Public : Adultes et adolescents

Résumé

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ».
Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

Les critiques

Le Monde : « Comme souvent chez Eastwood, « La Mule » est un grand film qui se planque derrière des allures de petit polar inoffensif qui ne s’interdit pas l’émotion. » Eric Libiot

Libération : « En retrait des rôles d’acteur depuis longtemps, le cinéaste revient à l’écran, réac et malin, et s’inspire de l’histoire d’un vieil horticulteur devenu passeur de drogue. Vrai road-movie et faux thriller captivant, « la Mule » résonne de façon bouleversante avec sa propre vie. » Camille Nevers

Le point de vue Ciné Parc

La Mule est inspiré de la vie de Leo Sharp, vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier est devenu dans les années 80 le transporteur de drogue le plus âgé et le plus prolifique du Cartel de Sinaloa. « La meilleure mule de l’histoire du cartel de Sinaloa était celui auquel on s’attendait le moins : un vieux monsieur de 90 ans qui voyageait pour son travail. Ils l’adoraient. Ils le recevaient comme un roi et le laissaient faire ce qu’il voulait. C’est à partir de là que j’ai commencé », explique le scénariste Nick Schenk qui collabore pour la deuxième fois avec Clint Eastwood après Gran Torino.